CENTRE DE PRÉVENTION ET D'INTERVENTION EN DÉPENDANCE



puce Accueil
puce   Services
puce Prévention
puce Groupes Anonymes

La dépendance

 

Alcool, drogues et autres dépendances

puce Alcool
puce Conduite en facultés affaiblies
puce Amphétamines, méthamphétamine et cristal meth
puce Caféine et boisson énergisante
puce Cannabis
puce Cocaïne, crack et free base
puce Ecstasy ou MDMA
puce GHB (gamma-hydroxybutyrate)
puce Héroïne
puce Kétamine
puce LSD
puce Médicaments psychoactifs
puce Mescaline
puce Méthadone
puce Drogues de synthèse
puce PCP (phencyclidine)
puce Champignons magiques (Psilocybine)
puce Substances dopantes
puce Substances volatiles
puce Tabac
puce Cyberdépendance
puce Dépendance affective
puce Dépendance au jeu
puce pendance et santé mentale
puce

Dépendance et santé mentale



SUR LE WEB DEPUIS 1997


 

 

La dépendance qu'est-ce que ça mange en hiver ?

Il n'y a aucun problème à ce que vous consommiez une bière ou une coupe de vin au souper. Toutefois, lorsque votre consommation déborde du raisonnable et qu'elle a des répercussions sur votre entourage et votre vie professionnelle, cela devient un problème.

Si à chaque occasion de prendre un verre, vous en prenez une douzaine, que vous manquiez du travail car vous avez trop bu la veille, votre consommation devient problématique. Si votre performance au travail à diminué et que vous pouvez associé cette diminution à la consommation, il est temps d'aller chercher de l'aide.

N'OUBLIEZ JAMAIS QU'IL EXISTE DES OUTILS POUR VOUS AIDEZ ET QUE NOUS LES DÉTENONS.

*** Prendre note que même si, dans les exemples mentionnées nous utilisons l'alcool, elles peuvent s'appliquer à tout type de dépendance.


USAGE RÉCRÉATIF, ABUS ET DÉPENDANCE

Selon le Centre québécois de lutte aux dépendance, il existe trois types distinct de consommation.

Usage récréatif

L'usage récréatif est une consommation de substance (s) qui n'entraîne ni complications pour la santé ni troubles du comportement pouvant avoir des conséquences néfastes sur soi-même ou sur les autres.

Abus

L'abus, l'usage abusif ou l'usage à risque est une consommation susceptible de provoquer des dommages physiques, psychologiques, économiques, judiciaires ou sociaux pour le consommateur et pour son environnement immédiat ou lointain.

Dans le cas d'usage abusif de substance (s), les risques pour la santé ou risques sanitaires est considéré lorsqu'il entraîne une détérioration de l'état physique ou psychologique, l'aggravation de certaines maladies, voire des décès prématurés.

Toujours dans l'usage a risque de substance (s), les risques pour la vie quotidienne (risques sociaux) est considéré dans les situations où la consommation et ses effets peuvent occasionner un danger ou entraîner des dommages sur soi ou pour les autres.

Signes extérieurs de l'usage abusif de substance (s)

On parle d'abus ou d'usage abusif lorsque l'on peut constater:
  • l'utilisation d'une substance dans des situation qui comportent des dangers;
  • des infractions répétées, liées à l'usage d'une substance;
  • l'aggravation de problèmes personnels ou sociaux causés ou amplifiés par les effets de la substance sur les comportements;
  • des difficultés ou l'incapacité de remplir ses obligations dans la vie professionnelle, à l'école ou à la maison;
  • l'incapacité de se passer d'une substance pendant plusieurs jours;
  • la mise en péril de la santé et de l'équilibre d'autrui.

Dépendance

Brutale ou progressive selon les produits, la dépendance s'installe quand on ne peut plus se passer de consommer une ou plusieurs substances, sans éprouver de souffrances physiques ou psychologiques.

La vie quotidienne tourne largement ou exclusivement autour de la recherche et de la prise du produit: on est alors dépendant.

Il existe deux types de dépendance: la dépendance physique et la dépendance psychologique. Elles peuvent être associées ou non.

La dépendance se caractérise d'abord par des symptômes généraux:

  • impossibilité de résister au besoin de consommer;
  • l'accroissement de la tension internet, de l'anxiété avant la consommation habituelle;
  • le soulagement ressenti lors de la consommation;
  • le sentiment de perte de contrôle de soi pendant la consommation.


Dépendance psychologique

Également appelé dépendance psychique, cet état implique que l'arrêt ou la réduction brusque de la consommation d'une drogue produit des symptômes psychologiques caractérisés par une préoccupation émotionnelle et mentale reliées aux effets de la drogue et par un désir obsédant (craving) d'en reprendre.

Cette privation de drogue entraîne une sensation de malaise, d'angoisse, allant parfois jusqu'à la dépression. Une fois qu'elle a cessé de consommer, la personne peut mettre du temps à s'adapter à cette vie sans le produit.

Cet arrêt bouleverses ses habitudes, laisse un vide et permet parfois la réapparition d'un mal-être que la consommation visait souvent à éliminer.


Dépendance physique

Certaines substances entraînent une dépendance physique. Cet état implique que l'organisme s'est adapté à la présence continue de la drogue. Lorsque la concentration de la substance diminue au-dessous d'un certain seuil, l'organisme réclame alors le produit. Cela se traduit par divers symptômes physiques de l'état de manque, appelé également syndrome de sevrage.


Source: Drogues, savoir plus, risquer moins, le livret d'information, 7e édition, Centre québécois de lutte aux dépendances.





 


 


   Mise à jour : Avril 2016