CENTRE COMMUNAUTAIRE D'INTERVENTION EN DÉPENDANCE
Promotion de la santé - Prévention de la toxicomanie

 
puce

Accueil

puce

Les chroniques

puce

Jeu pathologique

puce

Groupes anonymes

 

LES DROGUES
Lexique - Généralités

DÉPRESSEURS

puce

Alcool  
(fascicule d'info)

puce

Barbituriques

puce

Benzodiazépines
(fascicule d'info)

puce

GHB

puce

Héroïne

puce

Méthadone

puce

Morphine

puce

Opiacés - Opium

puce

Rohypnol

 

ANTIDÉPRESSEURS
(Paxil, Prozac,..)

STIMULANTS

puce

Cocaïne - Crack
(fascicule d'info)

puce

amphétamine (speed)
(fascicule d'info)

puce

Ritalin

PERTURBATEURS

puce

Cannabis
(fascicule d'info)

puce

Solvants - inhalants

 

HALLUCINOGÈNES

puce

Ecstasy (MDMA)

puce

LSD

puce

Mescaline

puce

PCP

puce

Kétamine

puce

Champignons 

 
En ligne depuis 1997
 
 

LES ANTIDÉPRESSEURS

Généralités 
Effets à court et à long terme
Tolérance et dépendance

Les prinipaux TRICYCLIQUES
Anafranil®  -  Sinequan® - Tofranil® - Surmontil®

Les «SÉROTONINERGIQUES»
Athymil® - Paxil®   Prozac® - Floxyfral® -
Seropram®Zoloft®
*Mise en garde*

Si l’indication première des antidépresseurs reste évidemment le traitement de la  dépression unipolaire endogène, d'autres applications concernent les troubles obsessionnels compulsifs, la boulimie, ainsi que la prise en charge thérapeutique de la douleur chronique et les symptômes d'anxiété grave.

La classe pharmacologique des antidépresseurs reste très hétérogène tant au niveau des mécanismes d’action qu’au niveau des effets indésirables; la différentiation entre les produits d’une même famille reste toujours difficile. 

Il existe trois grandes catégories d'antidépresseurs. Les antidépresseurs tricycliques, les inhibiteurs de la monoamine oxidase (IMAO) et les inhibiteurs spécifiques du recaptage de la sérotonine.  Les antidépresseurs tricycliques ont toujours été les plus couramment prescrits. Mais les inhibiteurs spécifiques du recaptage de la sérotonine (sérotoninergiques) arrivés plus récemment sur le marché, ont moins d'effets secondaires et sont moins dangereux en cas de surdose.

Les antidépresseurs relèvent l'humeur des patients en agissant sur différents types de neurones et sur leurs neurotransmetteurs, comme la sérotonine et la norépinéphrine, qui stimulent l'activité du cerveau. Certains antidépresseurs agissent en bloquant le recaptage de ces neurotransmetteurs (les tricycliques et les inhibiteurs spécifiques du recaptage de la sérotonine); d'autres bloquent l'action des enzymes qui dissolvent les neurotransmetteurs (les IMAO).

 

EFFETS À COURT ET À LONG TERME

Il faut à un antidépresseurs de 2 à 6 semaines pour rétablir l'humeur. Les effets secondaires incluent :

  • un dessèchement de la bouche,

  • de la somnolence et de la fatigue,

  • des étourdissements, la vision floue,

  • de la transpiration,

  • une baisse ou une hausse de la tension artérielle (selon le médicament),

  • des tremblements ou des spasmes musculaires,

  • une altération de la libido ou de la performance sexuelle,

  • des cauchemars.

Ces médicaments ne devraient pas être pris en même temps que l'alcool ou d'autres dépresseurs du système nerveux central, car leurs effets d'inhibition sur ce dernier pourraient se multiplier, causant une somnolence excessive, une perte de coordination et une augmentation des risques de chute. En plus des ces effets généraux, chaque type d'antidépresseur peut causer ses propres effets secondaires; par exemple, le besoin de suivre un régime alimentaire spécial lors de l'utilisation des plus anciens IMAO.

 

TOLÉRANCE ET DÉPENDANCE (voir définition)

Les patients prenant des antidépresseurs ne semblent pas acquérir de tolérance. Ils peuvent cependant éprouver des symptômes de sevrage s'ils cessent abruptement de prendre leur médicament. Devant faire l’objet d’un suivi rigoureux de la part du médecin, l'arrêt doit se faire graduellement sur une période d'un à deux mois.

Les tricycliques ne présentent que de rares cas de pharmacodépendance; en revanche des syndromes de sevrage sont fréquemment décrits.

Cette catégorie d'antidépresseurs est très pertinente dans le traitement de la  dépression,  mais est associée aux effets secondaires ennuyeux tels:

  • nervosité,

  • somnolence,

  • sécheresse de la bouche,

  • constipation,

  • tachycardie,

  • hypersudation,

  • impuissance.  

Les principaux tricycliques

®TM

D.C.I. Présentation

Posologie (mg/j)

Demi-vie
Anafranil Clomipramine cp à 10, 25 et 75 mg ampoule à 25 mg 50 à 150 21 h
Tofranil Imipramine cp à 25 et 10 mg ampoule à 25 mg 50 à 150 9 à 20 h
Vagran Propizépine gél à 50 mg 100 à 150 8,5 h
Tinoran Démexiptiline cp à 25 mg 50 à 150 35 h
Prothiaden Dosulépine gél à 25 mg 75 à 150 30 h
Kinupril Quinupramine cp à 2,5 ou 7,5 mg flacon à 2,5 mg 7,5 à 15 35 h
Pertofran Désipramine cp à 25 mg 100 à 200  22 h
Laroxyl Amitriptyline cp à 25 ou 50 mg ampoule à 50 mg solution 1 mg = 1 goutte 25 à 150 22 à 40 h
Surmontil trimipramine cp à 25 ou 100 mg ampoule à 25 mg solution 1mg = 1 goutte 50 à 100 24 h
Défanyl amoxapine cp à 50 ou 100 mg solution 1 ml = 50 mg 150 à 200 8 h
Sinequan doxépine gél à 25 mg 25 à 100 10 h

inhibiteurs de la recapture de la sérotonine (IRSS)

Apparus dans les années 1988, les antidépresseurs sérotoninergiques se sont beaucoup développés, en raison d’une efficacité semblable à celle des tricycliques mais avec des effets anticholinergiques faibles (voire nuls) et une absence de toxicité cardiaque. Leurs indications ce sont étendues à des entités autre que la dépression.

Les IRSS sont les antidépresseurs les plus prescrits. S'avérant utiles pour le traitement de désordre obsessif-compulsif et quelques formes de timidité grave, ils augmentent le niveau de la sérotonine dans le cerveau et  améliorent l'humeur. .Leur utilisation en première intention est aisément justifiable chez les sujets âgés, polymédicamentés, souffrant de pathologies cardio-vasculaire et chez les sujets présentant des idées suicidaires.

Quelques effets secondaires communs des sérotoninergiques  incluent::

  • Tachycardie

  • Somnolence -  Insomnies

  • Baisses de la libido - Difficulté à réaliser un orgasme.

  • Ils peuvent parfois produire une perte passagère d'appétit

  • Nausées, vomissements et, à un moindre degré, constipations et de l’anorexie.

  • Céphalées

  • Accès hypersudatifs 

  • Des syndromes de sevrage ont été décrits, d’ou la règle de la décroissance posologique lorsqu’on envisage d’arrêter le traitement.

Parmi les nouveaux produits commercialisés, nous retrouvons: 

 

Athymil®

®TM Nom
générique
dosage/unité pic plasmatique demi-vie

Athymil® (cp)

miansérine

10 mg
30 mg
60 mg

2 à 3 h

17 h

  • Ce médicament est utilisé pour traiter les épisodes dépressifs sévères.

  • Ce médicament augmente les taux cérébraux de certains neurotransmetteurs.

  • On peut observer : somnolence, sécheresse de bouche, constipation. Une nervosité et des insomnies sont possibles en début de traitement. Rarement, crises convulsives, prise de poids ou oedèmes. Il peut apparaître une allergie.

  • L'association à l'alcool et à tous les dépresseurs du système nerveux central (morphiniques, barbituriques, neuroleptiques, anxiolytiques, antihistaminiques, antihypertenseurs centraux...) majore les risques de somnolence.

  • Les conducteurs de véhicules et les utilisateurs de machines doivent être avertis des risques inhérents à ce traitement (somnolence). Évitez les boissons alcoolisées.

  • Le surdosage peut se manifester par une somnolence.


Floxyfral®

®TM Nom
générique
dosage/unité pic
plasmatique
demi-vie

Floxyfral® (cp)

fluvoxamine

50 mg
100 mg

2 à 8 h

16 h

La fluvoxamine (Floxyfral®) :Sa demie vie est relativement brève par rapport aux autres IRSS : de 15 à 22 heures. Sa fixation aux protéines plasmatiques est de 77 %., la biodisponibilité est bonne, non modifiée par les aliments. Il n’y a pas de métabolites et on l’utilise à la dose de 100 à 300 mg.

  • Ce médicament est utilisé pour traiter la dépression.

  • Les effets indésirables peuvent être les suivants : diarrhée, nausées, perte d'appétit, sécheresse de la bouche, maux de tête, anxiété, somnolence, tremblements, excitation. Ils disparaissent en général avec la poursuite du traitement. Rarement : confusion, mouvements involontaires de la face, fièvre, convulsions, douleurs articulaires. Une allergie cutanée est possible et exceptionnellement, une hépatite.

  • Le surdosage peut se manifester par : agitation ou somnolence, crises épileptiques et vomissements violents.

  • L'association à l'alcool est toxique.  À éviter.

Prozac®

®TM DCI dosage/unité pic
plasmatique
demi-vie

Prozac®

fluoxétine

20 mg
solution buvable

4 à 6 h

2 à 3 j

La fluoxétine (Prozac®): sa résorption orale est bonne, la biodisponibilité varie de 70% à 85%, non modifiée par les aliments. Sa demi-vie varie de 1 à 4 jours et celle de son métabolite, la norfluoxétine, est d’environ 7 jours. La fluoxétine est utilisée à la dose de 20 mg par jour.

  • Ce médicament est utilisé pour traiter la dépression et les troubles obsessionnels compulsifs.

  • Les effets indésirables peuvent être les suivants : diarrhée, nausées, perte d'appétit, sécheresse de la bouche, maux de tête, anxiété, somnolence, tremblements, excitation. Ils disparaissent en général avec la poursuite du traitement. Rarement : confusion, mouvements involontaires de la face, fièvre, convulsions, douleurs articulaires. Une allergie cutanée est possible et exceptionnellement, une hépatite. 

  • Le surdosage peut se manifester par : agitation ou somnolence, crises épileptiques et vomissements violents. 

  • Les conducteurs de véhicules et les utilisateurs de machines doivent être avertis des risques de somnolence. L'association à l'alcool à éviter.

Paxil® / Deroxat®
®TM DCI dosage/unité pic
plasmatique
demi-vie

Deroxat® (cp)

paroxétine

20 mg

2 à 10 h

24 h

La paroxétine (Paxil®  et Deroxat®) : Sa demie vie d’élimination est de 24 heures en moyenne , la fixation aux protéines plasmatiques est forte (95 %). Son métabolisme donne naissance à 5 métabolites qui sont inactifs. La paroxétine est utilisée à la dose de 20 à 40 mg par jour.

  • Ce médicament est utilisé pour traiter la dépression et les troubles obsessionnels compulsifs. Il peut également être utilisé en prévention des crises de panique avec ou sans agoraphobie.

  • Les effets indésirables peuvent être les suivants : diarrhée, nausées, perte d'appétit, sécheresse de la bouche, maux de tête, anxiété, somnolence, tremblements, excitation, troubles de la libido et de l'éjaculation. Ils disparaissent en général avec la poursuite du traitement. Rarement : confusion, mouvements involontaires de la face, fièvre, convulsions, douleurs articulaires. Une allergie cutanée est possible et exceptionnellement, une hépatite.

  • Depuis 1994,  des revues psychiatriques révèlent des problèmes de sevrage.   À la demande de la Food and Drug Administration aux États-Unis, GlaxoSmithKline a changé sa monographie en y ajoutant que les patients qui arrêtent le Paxil doivent obtenir le suivi médical. Pour évaluer leurs symptômes, Glaxo-Canada a emboîté le pas, en écrivant que les manifestations sont légères ou modérées.

  • L'association à l'alcool à éviter.

 

Seropram®

®TM Nom générique dosage/unité pic 
plasmatique
demi-vie
Seropram®

citalopram

20 mg

4 h

33 h

Le citalopram (Seropram®) : Sa biodisponibilité est excellente, voisine de 100 %. Sa demie vie est de 33 heures. La fixation aux protéines plasmatiques est de 50 %. Le principal métabolite du citalopram est le norcitalopram.

  • Ce médicament est utilisé pour traiter la dépression. Il peut également être utilisé en prévention des crises de panique avec ou sans agoraphobie.

  • Les effets indésirables peuvent être les suivants : diarrhée, nausées, perte d'appétit, sécheresse de la bouche, maux de tête, anxiété, somnolence, tremblements, excitation. Ils disparaissent en général avec la poursuite du traitement. Rarement : confusion, mouvements involontaires de la face, fièvre, convulsions, douleurs articulaires. Une allergie cutanée est possible et exceptionnellement, une hépatite.

  • Le surdosage peut se manifester par : agitation ou somnolence, crises épileptiques et vomissements violents.

 

Zoloft®

®TM Nom générique

dosage/unité

pic
plasmatique
demi-vie
Zoloft® Sertraline

50 mg

5-8 h

26 h


La sertraline (Zoloft®) : Sa demie vie d’élimination est de 26 heures, ce qui permet une prise unique quotidienne. La biodisponibilité est de 88 %. La fixation aux protéines plasmatiques est forte (99 %).  La sertraline est utilisée à la posologie de 50 mg par jour.

  • Ce médicament est utilisé pour traiter la dépression.

  • Les effets indésirables peuvent être les suivants : diarrhée, nausées, perte d'appétit, sécheresse de la bouche, maux de tête, anxiété, somnolence, tremblements, excitation. Ils disparaissent en général avec la poursuite du traitement. Rarement : confusion, mouvements involontaires de la face, fièvre, convulsions, douleurs articulaires. Une allergie cutanée est possible et exceptionnellement, une hépatite.

  •  Le surdosage peut se manifester par : agitation ou somnolence, crises épileptiques et vomissements violents

Mise en garde (Santé Canada)

Médicaments inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS), commercialisés notamment sous les marques Prozac, Zoloft et Paxil.

OTTAWA (Juin 2004) - « Santé Canada avertit les Canadiens que tous les nouveaux antidépresseurs vendus sur ordonnance, appelés inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS) ou inhibiteurs du recaptage de la sérotonine et de la noradrénaline (ISRS), sont maintenant accompagnés de mises en garde plus vigoureuses».

«Ces nouvelles mises en garde précisent que les patients de tous âges qui prennent ces médicaments peuvent présenter des changements comportementaux et/ou émotifs pouvant être associés à un risque accru de poser des gestes autodestructeurs ou de faire du mal à autrui».  

En mai 2006, la Cie pharmaceutique Glasko Smith Kline  a admis que des analyses de données provenant d'études cliniques montraient que le Paxil pouvait entraîner 6 fois plus de risques de causer le suicide  chez des adultes que la prise d'un placebo.

À lire :  Le difficile sevrage au Paxil   ( Reportage de Radio-Canada)
À voir:  Le reportage vidéo    

 

 
 
 
 
 
 

   Mise à jour : 28 mars, 2014