CENTRE COMMUNAUTAIRE D'INTERVENTION EN DÉPENDANCE
Promotion de la santé - Prévention de la toxicomanie

 
puce

Accueil

puce

Les chroniques

puce

Jeu pathologique

puce

Groupes anonymes

 

LES DROGUES
Lexique - Généralités

DÉPRESSEURS

puce

Alcool  
(fascicule d'info)

puce

Barbituriques

puce

Benzodiazépines
(fascicule d'info)

puce

GHB

puce

Héroïne

puce

Méthadone

puce

Morphine

puce

Opiacés - Opium

puce

Rohypnol

 

ANTIDÉPRESSEURS
(Paxil, Prozac,..)

STIMULANTS

puce

Cocaïne - Crack
(fascicule d'info)

puce

amphétamine (speed)
(fascicule d'info)

puce

Ritalin

PERTURBATEURS

puce

Cannabis
(fascicule d'info)

puce

Solvants - inhalants

 

HALLUCINOGÈNES

puce

Ecstasy (MDMA)

puce

LSD

puce

Mescaline

puce

PCP

puce

Kétamine

puce

Champignons 

 
En ligne depuis 1997
 

 

LE RITALIN ET SES EFFETS À LONG TERME

La controversée question du Ritalin (méthylphénidate) confond toutes les personnes impliquées dans son utilisation : médecins, éducateurs, parents et enfants. Si beaucoup de médecins reconnaissent l'utilité du Ritalin dans certains cas, plusieurs n'en sont pas moins convaincus qu’il s’en prescrit trop. Il est sans conteste que le méthylphénidate peut représenter, pour certains élèves, la différence cruciale entre un échec aux examens ou sa réussite parce que l’enfant peut rester assis suffisamment longtemps. Par ailleurs, il faut reconnaître que pour ceux qui n'en ont pas vraiment besoin, les stimulants ne sont pas seulement inutiles mais qu'ils peuvent être très dommageables.

Une bonne utilisation du Ritalin repose donc essentiellement sur la qualité du diagnostic et sur une bonne compréhension du TDA-H. Peut-on alors justifier l'augmentation du nombre d'enfants qui prennent régulièrement du Ritalin par le fait que les médecins, mieux informés, reconnaissent plus facilement le trouble déficitaire de l'attention avec hyperactivité motrice (TDA-H)  lorsqu'ils sont en présence d'un enfant qui en démontre les symptômes ? Ou est-ce que la vie en société est tellement infernale que les adultes n'ont plus la patience nécessaire pour supporter leur enfants ?

Des professeurs - parfois au préscolaire - et des psychologues scolaires trop sollicités se sentent souvent pressés, avant même de commencer une évaluation, de recommander le recours aux médicaments et poussent les parents d'enfants actifs à leur faire prescrire du Ritalin. Aux États-Unis, on estime que près de la moitié des enfants qui sont envoyés en consultation pour TDA-H souffrent de toutes sortes d'autres problèmes tels que les troubles d'apprentissage, dépression ou anxiété, dont les manifestations ressemblent au TDA-H mais qui ne nécessitent pas de Ritalin.

La question fondamentale est de savoir quelles sont les conséquences pour l'enfant de l’hyperactivité non traitée et les effets secondaires de la médication chez ce dernier.

En effet, on a constaté que les enfants ayant un TDA-H présentent un risque augmenté de toxicomanie, d’alcoolisme, de personnalité antisociale, de troubles de somatisation et de délinquance. Heureusement, il semble qu'un traitement précoce soit bénéfique et diminue le risque de problèmes à l'adolescence ou à l'âge adulte.

Le traitement du TDA-H est un sujet de recherche d'intérêt majeur. La pharmacothérapie est le traitement dont les effets sont les plus rapides. Cependant, bien que l'on connaisse les effets à court terme des médicaments sur le comportement, leurs effets à long terme sur l'apprentissage et la réussite sont moins bien définis.

Les traitements non médicamenteux doivent faire partie du plan de traitement. Ils incluent une thérapie cognitive-comportementale, l'apprentissage au comportement social adapté et, pour les parents, une formation traitant des techniques de prise en charge de l'enfant ayant un TDA-H. En conséquence, même si les stimulants peuvent avoir un effet bénéfique sur l'inattention et sur l'hyperactivité/impulsivité,  et permettre une amélioration du comportement et des résultats scolaires chez 60 à 80% des enfants ayant un TDA-H, on ne devrait jamais faire de la médication la seule thérapie entreprise pour aider l'enfant.

Le méthylphénidate (Ritalin) est le stimulant le plus souvent prescrit pour le contrôle du TDA-H mais d'autres stimulants tels que la dextroamphétamine et la pémoline peuvent aussi être prescrits lorsque le méthylphénidate n'est pas efficace. Bien que certains enfants puissent bénéficier du traitement au Ritalin, ses effets secondaires soulèvent  des inquiétudes.

Parmi les effets secondaires les plus fréquents du Ritalin, mentionnons l’insomnie, l’irritabilité, les douleurs abdominales, la diminution de l'appétit et la perte de poids, l’augmentation du rythme cardiaque et de la tension artérielle. Ces effets secondaires sont généralement bénins et peuvent être contrôlés en ajustant la dose et l'horaire d'administration.

Même si l'on connaît les effets secondaires à court terme du méthylphénidate, ses effets à long terme soulèvent beaucoup d'inquiétudes chez les parents des enfants ayant un TDA-H.  Ainsi, le potentiel d'abus des stimulants est bien connu et il existe un important marché noir pour le Ritalin. Il est donc naturel de s'interroger sur le risque de dépendance physique ou psychologique qu'il peut entraîner chez l'enfant qui en consomme quotidiennement.

La dépendance aux stimulants - qui est due à l'euphorie intense produit par le médicament - est surtout psychologique  Les symptômes physiques lors du sevrage sont beaucoup moins importants que les symptômes psychologiques. Cependant, étant donné les doses utilisées pour le traitement du TDA-H, le Ritalin ne devrait pas causer suffisamment d'euphorie pour entraîner le développement de la dépendance. On observe aussi d'autres effets à long terme tels que les tics faciaux et le retard de croissance. Ces symptômes peuvent nécessiter l'arrêt du traitement si les inconvénients sont plus importants que les bénéfices du traitement.


Source:
Lyse Lefebvre, pharmacienne, Centre de toxicologie du Québec :
 Bulletin d'information toxicologique, vol.12,  no 1, avril 1996

Rédaction : Centre L'Étape_novembre 2001

 
 
 

   Mise à jour : 28 mars, 2014